Qu'est ce que le salpètre ?

rénover avec des matériaux écologiques
 
Salpêtre = galère !

 

- Tous droits réservés Patinesbio -

 

 

 

 

Quand il y a du salpêtre sur les murs, les murs humides, les murs encaissés, les murs dont le sous bassement subit des remontées capillaires... la galère commence ! On ne sait pas comment l'arrêter ni comment repeindre dessus. 

Le salpêtre est une efflorescence. On l'appelle chez les alchimistes le "sel des pierres". 

 

 

D'où vient le salpêtre ?

Le salpêtre résulte d'une combinaison chimique assez complexe provoquée par la présence conjointe d'humidité et de matières organiques en décomposition. Véhiculées par les remontées capillaires, les matières organiques remontent lentement dans les murs des bâtiments où elles rencontrent l'air et les bactéries nitrifiantes nécessaires à sa production. Ce sel, en se formant, attaque les pierres des murs, les peintures des murs, les mortiers... sur lesquels on le voit apparaître, cette efflorescence se caractérise par l'apparition d'une mousse blanchâtre sur le mur qui fait cloquer la peinture.

Voici un document édité par Weber qui explique très bien ce phénomène :

Contraintes
 

 

  • Les anciennes maçonneries n’ont pas de coupure de capillarité : elles sont donc soumises à des remontées capillaires, fréquemment chargées de sels (carbonates, sulfates, nitrates ou autres)

 

  • Au fil des saisons, le niveau des remontées d’humidité varie. Dans la zone de variation (H - h), l’eau s’évapore, des traces d’humidité apparaissent et les sels se déposent en surface. Au contact de bactéries, certains sels deviennent salpêtres

 

  • Au fur et à mesure des années, les sels s’accumulent à l’intérieur du mur et de l’enduit. Au contact de l’humidité, cette forte quantité de sels gonfle et fait éclater l’enduit
  •  

 

Ci-dessous, sel de salpêtre sur mur couvert d'un mortier de ciment

chaux et salpètre

 

 

Ci-dessous : sur un mortier de chaux, on a appliqué une peinture acrylique satinée, imperméable. L'eau qui remonte par le bas du mur, ne peut s'évaporer : le salpêtre se développe puis fait cloquer la peinture.

comment stopper le salpètre ?

Le remède : enlever la peinture acrylique et passer une chaux traditionnelle sans adjuvant imperméabilisant. L'eau s'évaporant, la réaction chimique ne peut plus avoir lieu. De même, un enduit chaux ferré (c'est à dire fermé) rend le mur imperméable à la vapeur d'eau ; le salpêtre peut donc se développer. Il convient donc de ne pas ferrer son enduit chaux en soubassement. La cire et les huiles dures en finition sont également à proscrire. 

 

Nettoyer le salpêtre

  • L'eau de javel permet de nettoyer le salpêtre. Mais elle ne remédie pas aux causes d'apparition.
  • L'acide chlorydrique très dilué (I volume d'acide pour 10 volumes d'eau) 
  • L'acide sulfamidique (c'est le détartrant classiques des appareils ménagers) non toxique. 

 

 

Créer un enduit pour éviter le salpêtre (conseils techniques Weber)

  • Pour empêcher l’apparition de taches d’humidité et de salpêtre en surface de l’enduit, il faut créer à l’intérieur du sous-enduit un réseau important de canaux qui facilitera le cheminement et l’évaporation rapide de l’eau.
  • Pour éviter l'éclatement de l'enduit, il faut créer, à l 'intérieur du sous-enduit, des réservoirs qui permettront de stocker les sels et de supporter leur expansion
  • Pour conserver le fonctionnement des deux principes précédents, l’enduit décoratif choisi doit également permettre les échanges gazeux du sous-enduit avec l’atmosphère : les enduits de parement weber à la chaux aérienne sont parfaitement adaptés.
  •  

 

 

Et la chaux ? 

La chaux aide t-elle à combattre le salpêtre ? Lire cet article sur le sujet "Chaux et salpêtre".

 

 

explication salpêtre - supprimer le salpêtre

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

chaux et salpêtre - enduit chaux et salpêtre - arrêter le salpêtre - éliminer le salpêtre - la chaux permet elle d'éviter le salpêtre ? 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :