Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

chaux et rétenteur d'eau

 

C'est quoi un rétenteur d'eau ?

1 - Rétention, définition

La rétention de l'eau est la capacité d'un mortier, ou d'une peinture, à retenir l'eau qu'il contient en dépit de la force d'aspiration des éléments de maçonnerie. Jusqu'à un certain point, l'absorption de l'eau des mortiers améliore l'adhérence entre la maçonnerie et le mortier.

En revanche, si l'eau est absorbée trop rapidement, le mortier devient impossible à travailler et la qualité de la maçonnerie se perdra.

2 - Les esters de cellulose (différents des éthers de cellulose)

Dans de très nombreuses peintures qualifiées de "naturelles" par leurs fabricants, on trouve de la cellulose ou plus exactement de l'ester de cellulose. Un ester de cellulose est un polymère artificiel dérivé de la cellulose. Il appartient à la famille des polymères cellulosiques. 

3 - Les Ethers de Cellulose

chaux et rétenteur d'eau

Les éthers de cellulose (EC) sont des adjuvants couramment introduits dans les mortiers pour améliorer leurs propriétés. Malgré le retard d’hydratation du ciment engendré par ces polysaccharides, ils sont capables d’améliorer la maniabilité et la rétention d’eau des matériaux cimentaires.

Cette étude a été initiée afin d’accroître les connaissances sur l’effet des EC sur la rétention d’eau des mortiers à l’état frais. L’objectif est double : identifier les paramètres physico-chimiques jouant un rôle clé et clarifier les mécanismes d’action de dérivés cellulosiques dans les matériaux cimentaires.

Pour ce faire, grâce à un large panel d’EC, l’influence des paramètres structuraux des molécules a été élucidée. Les résultats ont démontré que la masse moléculaire était un paramètre primordial alors que les degrés de substitution des groupements greffés sur la molécule ont un impact négligeable sur la rétention d’eau des mortiers. Pour comprendre les mécanismes d’action des EC dans les phénomènes de rétention d’eau, deux pistes ont été explorées. La première a consisté à savoir s’il existait une relation entre le comportement rhéologique des mortiers et leur capacité à retenir l’eau lors d’un contact avec un substrat.

L’étude rhéologique a montré que les EC sont des agents viscosants et que pour des EC ayant des degrés de substitution identiques, la viscosité et la rétention d’eau du mortier semblent aller de paire. Cependant, cette relation n’est pas aussi simple. En effet, des propriétés de rétention d’eau différentes ont été mesurées pour des mortiers ayant des consistances voisines. La capacité des mortiers à retenir l’eau ne peut donc pas être déterminée uniquement à partir de son comportement rhéologique. Par ailleurs, d’autres molécules telles que les dérivés de l’amidon, ont mis en évidence une évolution opposée de la rétention d’eau avec les propriétés rhéologiques. Ainsi, la consistance d’un mortier ne peut pas à elle seule expliquer les phénomènes de rétention d’eau des mortiers adjuvantés avec les éthers de cellulose.La seconde hypothèse souvent avancée pour expliquer les propriétés de rétention d’eau est que les dérivés cellulosiques forment une barrière de diffusion à l’eau dans le mortier. La capacité des polymères à former des films a été étudiée à l’aide de deux techniques de résonance magnétique nucléaire (RMN) : la RMN à gradients de champ et la relaxométrie RMN. A l’aide de ces deux techniques, il a été montré que les EC n’ont aucun effet sur le coefficient de diffusion de l’eau dans le volume et à la surface des solides. Une étude temporelle menée par relaxométrie a mis en avant l’importance de la quantité d’eau piégée transitoirement à la surface des solides.

Laëtitia Patural. Modes d’action des éthers de cellulose sur la retention d’eau des mortiers à l’état frais. Autre. Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne, 2011. Français. 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :